Les débats sont très nombreux pour déterminer quelles personnes seront très malades et celles qui ne le seront pas si elles contractent le virus. Il est évident que nous devons travailler plus fort pour protéger les groupes vulnérables : les personnes âgées, immunosupprimées, pauvres et celles qui sont touchées par le racisme. Pourtant, les données démontrent que peu importe l’âge ou le statut socioéconomique des fumeurs de cigarettes, ceux-ci présentent un risque plus élevé de devenir très malades par rapport aux non-fumeurs. En fait, une étude récente révèle que les fumeurs courent 1,45 plus de risque d’avoir des complications de la COVID19.

Cet article n’est disponible qu’en anglais.

Plus d’information